Aller plus loin, rêver plus grand

Expérience autochtone

Aucun commentaire


Sa situation aux confins nordiques du Québec, son climat, ses paysages, sa faune et ses habitants donnent au Nunavik des airs de mythe inaccessible. Pourtant, à condition de bien préparer son voyage, la magie du Grand Nord est à la portée de chacun.

Pour se représenter le Nunavik, il faut imaginer que, suite à une dérive un peu folle des continents, un pays grand comme l’Espagne se soit retrouvé loin, très loin au nord,
au-delà du 55e parallèle. Et que, sur cet immense territoire ceint de mers glacées et recouvert de toundra, oubliés de toute route et de toute voie ferrée, quatorze villages isolés les uns des autres aient jeté l’ancre, abritant une population d’à peine plus de 12 000 âmes.

Le Nunavik des Inuit, des caribous et des ours polaires est cette terre aussi lointaine que fascinante. La région la plus septentrionale du Québec se déploie sur non moins de 507 000 km2, bordée par la baie d’Hudson à l’ouest, le détroit d’Hudson au nord et, à l’est, par la baie d’Ungava et le Labrador. La faune, le climat, les paysages, le mode de vie des habitants : tout ici porte le seau de l’Arctique. C’est le vrai Grand Nord tel qu’on l’imagine, celui des igloos et du thermomètre qui joue volontiers avec les – 30 degrés en hiver. Ce qu’on imagine moins, c’est qu’il est tout à fait possible d’y vivre de fabuleux séjours.

D’aventures au grand air en échanges culturels hors du commun, vous avez rendez-vous avec l’étonnante richesse de cette contrée nordique.

le-nunavik-aller-plus-loin-grand-nord-quebec-le-mag

PNT Summer © Annie-Claude Roberge

CAP SUR LE GRAND NORD

On oublie donc la route ou le train. C’est par les airs qu’on se rend au Nunavik, région située à plus de 1 500 km de Montréal.

C’est en avion également qu’on se déplacera d’un village à l’autre, bien que l’époque où ces trajets de parfois plus de 150 km entre deux communautés s’effectuaient en traîneaux à chiens ne soit pas si ancienne. À titre d’exemples, un vol Montréal-Kuujjuaq dure environ 2 heures, tandis que vous volerez de près de 4 à 6 heures pour rejoindre Puvirnituq au départ de la métropole québécoise. Les deux principales compagnies desservant quotidiennement le Nunavik sont First Air et Air Inuit, qui appartiennent toutes deux aux Inuit.

L’isolement de la région et les distances font que le coût moyen du voyage n’est pas négligeable et qu’il est nécessaire de le préparer bien à l’avance, quelle que soit la saison visée. De manière générale, notre conseil est de vous adresser à des opérateurs locaux pour planifier votre séjour. Les parcs nationaux du Nunavik, les pourvoiries et les producteurs d’aventures inuits, à l’image d’Aventures Inuit, demeurent de loin vos meilleurs interlocuteurs ; leur connaissance du terrain et leur expertise pour vous le faire vivre sont la garantie d’une expérience réussie, alliant émotions, sécurité et confort.

À la clé, des moments de partage uniques avec les populations inuites et des images nordiques qui vous accompagneront longtemps…

David Lang

Journaliste spécialisé voyage et art de vivre, David se régale avec le Québec depuis près de 15 ans. Après plus de 40 voyages à travers les régions et les saisons de la Belle Province, il devance largement Jacques Cartier et s’avoue toujours aussi bluffé par les expérience et les rencontres à vivre sur ce territoire hors nome. David le rédac’ chef anime une équipe de rédacteurs et de photographes avec qui il partage sa soif de découvertes chez les cousins.

Voir tous les articles de David Lang


Commentaires

Aucun commentaire pour le moment :(

Laisser un commentaire