Essipit : des vacances « innubliables »

Expérience autochtone

Aucun commentaire


Aux Escoumins, en Côte-Nord, la petite communauté innue d’Essipit est devenue un expert incontesté des séjours au grand air. Trois maîtres-mots : nature, immensité et authenticité.

Quiconque a déjà emprunté la route des Baleines, sur la Côte-Nord, sait qu’aux environs des Escoumins, entre Tadoussac et Forestville, le paysage connaît une impressionnante poussée de croissance. Le Saint-Laurent prend ses dimensions maritimes et l’arrière-pays sa stature d’empire boréal. Dans ce théâtre où tout est plus grand, y compris la faune, le visiteur se fait spectateur ébahi et doit prendre le temps de la contemplation avant de se lancer à l’aventure.

Avec son offre d’hébergements et d’expériences en nature, la communauté innue d’Essipit est une destination de choix pour jouer sur les deux tableaux. Je vous raconte un moment vécu qui concentre ce qui, selon moi, fait la magie d’Essipit.

hebergement-condo-natakam-essipit-communaute-autochtone-quebec-le-mag

Vue sur le Saint-Laurent © David Lang

Un balcon sur l’infini

La scène se déroule aux Condos-Hôtels Natakam, fleuron de l’accueil innu – 32 condos grand confort disposés au bord du fleuve. Quand je prends mes quartiers en cette fin d’après-midi estivale, j’ai à peine le temps de faire le tour des équipements de l’appartement que le panorama m’appelle. L’estuaire s’offre en majesté derrière les grandes fenêtres du séjour et je comprends vite pourquoi une paire de jumelles est fixée entre deux d’entre elles : le souffle d’une baleine vient de percer la surface des flots. J’agrippe les jumelles et m’installe sur la terrasse histoire de savourer le décor encore quelques minutes avant de mettre à contribution la cuisine équipée. Herbe verte à mes pieds, sentier serpentant dans la végétation et les rochers en contrebas, festival de bleus à l’horizon – le ciel pur de la Côte-Nord et les eaux tourmentées du Saint-Laurent où apparaissent rorquals, marsouins, phoques… J’ai totalement oublié ma faim et perdu la notion du temps : les minutes se sont transformées en heures.

Dans l’estuaire, la météo change parfois sans prévenir et j’assiste en direct à l’une de ces métamorphoses dont le Saint-Laurent a le secret. Le vent se lève, poussant une nappe de gros nuages sombres à s’emparer du ciel. Imperturbables, les baleines poursuivent leur ballet. De l’autre côté, la foudre commence à faire son show sur le littoral du Bas-Saint-Laurent tandis qu’autour de moi, le soir tombé ouvre un autre bal photoélectrique, plus subtil et tout aussi magique : celui des lucioles. Je ne sais plus où donner de la tête !

Un de ces moments inoubliables qui vous donnent l’impression d’être incroyablement privilégié. À se croire seul au monde et en oublier que, dans les unités voisines, d’autres humains sont eux aussi aux premières loges.

eclair-hebergement-condo-natakam-essipit-communaute-autochtone-quebec-le-mag

Quand la foudre se déchaîne © David Lang

Et plus si affinités

Le beau temps aura repris ses droits dès le petit matin. Baignés de calme, coiffés par l’air du large et joliment intégrés au paysage côtier, les Condos-Hôtels Natakam ne sont qu’une partie de l’offre échafaudée par les Innus d’Essipit ces dernières décennies. Jeannine Villeneuve, de Vacances Essipit, m’expliquera que la communauté, qui détient également les Croisières Essipit (un must pour aller observer les baleines à bord de Zodiac) ainsi que plusieurs pourvoiries, campings et chalets à louer, continue à asseoir son expertise dans un tourisme orienté nature et ressourcement.

À cette image, Essipit s’est récemment rendu propriétaire à 100 % de la belle compagnie Mer et Monde Écotours, qui propose des hébergements rustiques et des activités nautiques et écotouristiques au cœur du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Discrète mais bien présente et nimbant toute cette offre, la culture et les valeurs des Essipiunnuat de la « rivière aux coquillages » (signification du mot innu Essipit), se laisse appréhender en différents moments de l’année comme lors du pow-wow estival, et endroits, à l’image de la boutique d’artisanat innu à visiter côté ville. À proximité des condos, un joli sentier d’interprétation présente d’ailleurs différents hébergements traditionnels autochtones.

hebergement-condo-natakam-essipit-communaute-autochtone-quebec-le-mag

Vue depuis les Condos © David Lang

Façon de rappeler que vous séjournez au sein d’une Nation dont l’expertise en matière de contact avec la grande nature s’est peaufinée durant des millénaires. Quant à nous, on en aurait volontiers profiter une nuit de plus !

Plus d’infos : www.vacancesessipit.com

David Lang

Journaliste spécialisé voyage et art de vivre, David se régale avec le Québec depuis près de 15 ans. Après plus de 40 voyages à travers les régions et les saisons de la Belle Province, il devance largement Jacques Cartier et s’avoue toujours aussi bluffé par les expérience et les rencontres à vivre sur ce territoire hors nome. David le rédac’ chef anime une équipe de rédacteurs et de photographes avec qui il partage sa soif de découvertes chez les cousins.

Voir tous les articles de David Lang


Adresses liées

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment :(

Laisser un commentaire