Carnaval de Québec

Culture

Aucun commentaire


Chaque année en février, les Québécois apprivoisent l’hiver pour organiser l’un des plus grands carnavals au monde. Pendant dix jours et malgré le froid, la capitale « fait le party ».

En février, la température moyenne de la ville de Québec oscille autour de -10 °C. Est-ce une raison de se priver de faire la fête  ? Dix jours durant, le Carnaval répond à la question. Toute la capitale se met alors en mode carnavalesque. Et ici, on sait faire le «  party  ».

Première chose, s’armer de son Effigie de Bonhomme. Depuis la première édition en 1955, elle est requise pour accéder à la plupart des sites et activités. Les carnavaleux la portent fièrement comme un pendentif tout au long des festivités. Comme elle est différente chaque année, certains la collectionnent comme un véritable objet d’art. Bonhomme Carnaval, c’est le roi de la fête, un personnage bien réel. À l’apparence d’un bonhomme de neige jovial, ce géant de deux mètres, outre son duvet blanc, s’habille uniquement de la traditionnelle toque rouge et de la ceinture fléchée multicolore des premiers bourgeois de la « Belle Province ». Pendant toute la durée du Carnaval, il ne va pas chômer, assister à toutes les manifestations, être à la tête de Défilés, mais aussi visiter les malades des hôpitaux et les enfants des écoles et des garderies, semant partout autour de lui la joie et le bonheur.

carnaval-de-quebec-bonhomme-carnaval-quebec-le-mag

Carnaval de Québec 2018 © Frédéric Lavoie

Une cité en émoi

Durant ces dix jours de fête, des dizaines d’événements vont se succéder partout dans la cité. Parmi les temps forts, les deux Défilés de nuit dans la ville avec ses chars allégoriques, sa pyrotechnie et ses artistes de cirque et la très spectaculaire Course de canot à glace sur le fleuve Saint-Laurent en partie gelé.
Le cœur du Carnaval se situe au parc de la Francophonie et à la Place George-V, qui se font face de chaque côté de la Grande Allée, la rue la plus festive de Québec avec ses bars, restaurants et discothèques. Autour du palais de Bonhomme, tout de glace et de neige bien sûr, ont lieu les nombreuses animations. On y apprend par exemple à sculpter des blocs de glace ou à déguster la tire sur la neige. Également au menu, les fameuses queues de castor, une pâtisserie de pâte frite que l’on recouvre au choix, de sucre de chocolat ou même de tartinade à saveur d’érable.

carnaval-de-quebec-course-de-canot-sur-glace-quebec-le-mag

Course de canot à glace sur le fleuve Saint-Laurent © Gilles Baribeau

L’art de se réchauffer

Pour encore mieux résister au froid mordant, la foule se réchauffe autour de braseros géants. Un peu plus loin, on remonte le temps grâce au Camp à Jos, un hommage au héros québécois de la première moitié du XIXe siècle. Joseph Montferrand fut tour à tour bûcheron, redresseur de torts et légendaire homme fort… C’est l’occasion de s’initier au lancer de hache (réelle ou virtuelle), de boire un petit coup dans un verre de glace ou dans la fameuse cane rouge du Carnaval que l’on garde précieusement avec soi pour se donner de l’entrain. Décidément, les Québécois aiment l’hiver et ils vous font partager leur passion de la même façon qu’ils vous entraînent à faire la fête.

Le Carnaval 2020 se déroulera du 7 au 16 février.
Plus d’infos : www.carnaval.qc.ca

carnaval-de-quebec-sculpture-glace-quebec-le-mag

Sculpture de blocs de glace © Audet Photo

Philippe Renault

Après avoir beaucoup voyagé et réalisé des reportages pour des magazines de voyage, de sport et d’aventure, Philippe Renault a décidé de se poser à Montréal, selon lui un des meilleurs endroits au monde pour bien vivre et s’épanouir. Du Québec, il aime la variété des paysages au gré des saisons avec une préférence pour l’automne. Pour les photos urbaines, en revanche, l’été à Montréal est sans aucun doute le meilleur moment avec ses festivals, ses ambiances de rue et son côté décontracté. Il est l’auteur de plusieurs livres et guides sur le Québec et le Canada, parmi ses derniers ouvrages on trouve Montréal insolite et secrète (éditions Jonglez 2017), S’installer à Montréal (éditions Héliopoles 2017) et le Tour du monde à Montréal (éditions Ulysse 2014).

Voir tous les articles de Philippe Renault


Adresses liées

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment :(

Laisser un commentaire