Nunavik, Grand Nord du Québec

Expérience autochtone

Aucun commentaire


À l’orée de la forêt boréale et bien au-delà, sur la toundra septentrionale, aux confins de la Belle Province, existe un royaume féérique que les maîtres des lieux, les Inuit, vous invitent à découvrir en leur compagnie. Si l’hiver y est souverain plusieurs mois de l’année, le Nunavik sait aussi faire du charme une fois dévêtu de son grand manteau blanc. Voici quatre coups de cœur en toutes saisons.

Aux confins de la Belle Province, existe un royaume féérique que les maîtres des lieux, les Inuit, vous invitent à découvrir.

À LA RENCONTRE DU RÈGNE ANIMAL

Au gré des saisons inuites

Royaume incontesté de l’ours polaire, le Grand Nord abrite aussi une faune des plus fantastiques. Outre le roi de l’Arctique, que vos guides Inuit dénicheront pour vous lors de sorties en mer dans leurs gros canots à moteur, une visite au Nunavik ne serait pas complète sans avoir eu la chance d’être témoin d’une migration de caribous, puisqu’à ce jour, cette région nordique du Québec peut encore se targuer d’en abriter la population la plus grande au monde, soit le troupeau de la Rivière aux feuilles, qui comptent plus de 400 000 bêtes.

Évidemment, on ne pourra tous les voir passer d’une seule traite, mais c’est quand même à coups de centaines, voire même de quelques milliers, qu’on pourra les observer, avec la faveur des cieux, ou encore de nos précieux guides Inuit, qui, dans l’attente, en profiteront pour nous plonger dans leur quotidien ou nous ramener dans le passé en nous faisant visiter les sites archéologiques des environs.

D’une façon ou d’une autre, il faudra savoir mettre toute cette beauté en lumière, caméra en main, pour prendre quelques clichés de ces instants mémorables. D’ailleurs, si vous avez la chance d’apercevoir aussi une petite harde d’archaïques bœufs musqués, qui arpentent tranquillement la toundra, été comme hiver, il vous faudra bien rapporter la preuve qu’ils ont bel et bien survécu à l’ère de glace.

Plus d’infos : Consulter la fiche de Aventures Inuit 
aventuresinuit.com

PARC NATIONAL DE PINGALUIT

Un cratère au regard envoûtant

Niché au cœur d’une toundra quasi lunaire, un cratère météoritique vieux de 1,4 millions d’années se profile dans l’immensité du ciel arctique. Véritable merveille géologique, ce lieu d’une beauté exceptionnelle inspire une sérénité sans égal lorsqu’on plonge les yeux dans les eaux d’un bleu troublant du lac Pingualuk qui se dissimule au fond de cette fosse parfaitement circulaire.

Lors d’une randonnée estivale le long de sa crête, on ne se lassera pas de le regarder. Mais puisqu’il faut bien redescendre sur terre, autant en profiter pour aller explorer le canyon de la rivière Puvirnituq ou se lancer à la recherche de sites archéologiques fascinants avec nos hôtes Inuit. Le soir tardant à venir l’été, on aura tout le loisir de se prélasser sur la plage du lac Manarsulik, au camp de base du parc, d’où on peut aussi aller pagayer sur cette grande eau qui dévoile des couchers de soleil à n’en plus finir.

L’hiver, c’est plutôt en ski de randonnée, en traîneau à chiens ou en motoneige qu’on s’aventurera sur les plateaux qui mènent au cratère depuis le village Kangiqsujuaq, qu’on se donnera aussi la peine de visiter avant le grand départ.
 Au fil des kilomètres, de refuge en refuge, on pourra y faire des rencontres intimes avec une faune sauvage et un paysage qui ne laisse certes pas de glace.

nunavik-grand-nord-du-quebec-cratere-parc-pingualuit-quebec-le-mag

© Parcs Nunavik Pingualuit

FESTIVAL DES NEIGES DE PURVIRNITUQ

Bain de culture inuite

À chaque deux ans, des Inuit venus de partout au Nunavik se rassemblent à Puvirnituq pour participer au Festival des neiges de ce village nordique campé sur la côte est de la baie d’Hudson.

Cet événement biennal d’une semaine de plaisir à la façon des Inuit se veut pour eux une occasion de célébrer leur mode de vie séculaire par des jeux traditionnels et compétitions amicales de toutes sortes en plein air.
De la construction d’igloo à celle d’inuksuk, en passant par le traîneau à chiens, sans oublier un concours de sculpture sur neige et sur glace au cours duquel les légendes inuites prennent forme de façon sensationnelle, tous y sont conviés ! Couronnée en soirée par une variété de spectacles allant de chants de gorge ancestraux au hip-hop, en passant par la musique country et quelques pas de danse en quadrille au rythme de l’accordéon, il n’y a pas meilleure immersion chez les Inuit.

Plus d’infos : Snow Festival



nunavik-grand-nord-du-quebec-festival-des-neiges-quebec-le-mag

Festival des neiges de Puvirnituq © Isabelle Dubois

PARC NATIONAL KUURURJUAQ


Flot de montagnes

Du Labrador jusqu’à la mer de la baie d’Ungava, en empruntant le cours ondoyant de la rivière Koroc, coule une chaîne de montagnes que les Inuit connaissent comme la demeure des esprits. Empreints de mystère, les monts Torngat se laissent toutefois apprivoiser aux mains des Inuit, qui se font une joie d’en partager les secrets avec les visiteurs qui veulent bien les y accompagner.

En effet, aussitôt le printemps venu, la température étant plus clémente, mais la neige et la glace abondante, les quelques 4,000 km2 du parc, sur lesquels on se déplace alors facilement en motoneige ou en traîneau à chiens, deviennent un lieu de prédilection pour la pêche blanche. Pendant que les Inuit tentent patiemment d’attirer un poisson à leur hameçon, l’appel de la nature sauvage attirera plutôt les invités en soif d’aventure vers les sommets environnants, que ce soit en raquettes ou en ski nordique.

Le soir venu, c’est avec plaisir que tous rentreront au bercail, que ce soit au camp de base de la chute Korluktok ou encore sous la tente inuite, pour se régaler d’histoires et légendes tout en dégustant la prise du jour, de l’omble arctique bien cru ou cuit sur le feu. Mais aussi confortablement installé qu’on le soit, il faudra mettre le bout du nez dehors pour assister en première au spectacle haut en couleurs des aurores boréales.

Évidemment, comme les Torngat sont des montagnes dignes de ce nom, soit les plus élevées de tout l’Est du Canada, on n’oubliera pas d’y revenir l’été pour y faire un trek vers le sommet de la chaîne, le mont d’Iberville, qui culmine à 1 646 m, bien au-delà des eaux turquoises de la rivière Koroc qui court vers la mer où elle plonge non loin du village voisin de Kangiqsualujjuaq, où les Inuit vous accueilleront avec une chaleur à faire fondre un iceberg.

nunavik-grand-nord-du-quebec-parc-nunavik-kuururjuaq-quebec-le-mag

PARCS NUNAVIK Kuururjuaq © Annie-Claude Roberge


Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment :(

Laisser un commentaire