S’immerger dans la magie de l’automne

Multi-activités

Aucun commentaire


Il existe au moins une raison de se réjouir de la fin de l’été : l’arrivée de l’automne et sa nature flamboyante. Et quel meilleur cadre que les reliefs de Charlevoix pour apprécier la plus belle saison de l’année ?

De début septembre à fin novembre, il est un endroit où il fait particulièrement bon admirer la nature changer, semaine après semaine, jour après jour… Du sommet des montagnes charlevoisiennes aux promenades qui longent le fleuve Saint-Laurent, de bourgs en villages, le spectacle toujours différent, toujours époustouflant nous entraîne dans une farandole de couleurs, de textures et de parfums.

La nature, par les sentiers

Point de trêve automnale pour les mille et uns sentiers de randonnées qui serpentent à travers la région, du fleuve à l’arrière-pays. Il est ainsi possible de profiter de l’ensemble des domaines des deux parcs nationaux, les Grands-Jardins et les Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, qui offrent tous deux des points de vue sur le célèbre astroblème de Charlevoix, sa faune et sa flore classées « Réserve de biosphère » par l’UNESCO depuis 1989.

Des promenades mythiques qui portent le nom de Mont-du-Lac-des-Cygnes, Chouenne et bien sûr Acropole des Draveurs. Les amateurs de sommets iront fouler les chemins de la Traversée de Charlevoix ; les autres s’émerveilleront des trésors que vous réservent Baie-des-Rochers, dont l’immanquable sentier de l’Anse au Sable et ses sentiers tortueux au milieu d’une forêt luxuriante et débouchant sur une improbable et sublime plage de sable fin. Le cadre idéal pour un coucher de soleil sur les eaux du Saint-Laurent et les cimes multicolores environnantes.

parc-national-des-grands-jardins-immerger-dans-la-magie-de-automne-quebec-le-mag

Parc National des Grands Jardins, sentier la Chouenne © Mylène Aubert

Une palette d’aventures

De trêve automnale, point non plus du côté des sensations fortes. Aucun moyen de transport n’est trop beau pour prendre son bain de couleurs, que l’on opte pour la mythique voie ferrée du Train de Charlevoix, qui profite de la saison pour proposer des forfaits inédits avec hébergement, ou bien encore les airs, avec la formule *L’Automne en Hydravion* de Charlevoix Aviation, au départ du lac Nairne. Il est également possible de prendre la voie maritime, à travers le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et de mêler couleurs automnales et observation des baleines, alors que la saison de cette dernière touche, elle aussi, à sa fin.

Enfin, il sera encore temps de s’offrir une escapade à vélo sur les routes qui longent le Saint-Laurent, et d’égrener les villages. On y découvrira notamment les nombreuses galeries d’art de la région et, à observer les paysages, on comprendra sans peine où les artistes puisent une telle inspiration.

train-de-charlevoix-automne-quebec-le-mag

Train de Charlevoix en automne © Tourisme Charlevoix

Le festival Folklore de l’Isle-aux-Coudres

C’est l’un des secrets les mieux gardés de Charlevoix, et pour cause, il vous faudra emprunter le traversier de Saint-Joseph-de-la-Rive pour vous rendre sur les lieux des réjouissances. L’évènement est aussi populaire qu’incomparable : le festival Folklore, la fierté de l’Isle-aux-Coudres et de ses Marsouins (le nom donné avec affection aux insulaires).

L’occasion de célébrer les racines culturelles de l’île en compagnie d’artistes et artisans locaux, qui se feront une joie de partager leur goût prononcé pour la musique, la danse et la bonne chair, dans le cadre incomparable d’un automne qu’on aimerait ne voir jamais finir…

Plus d’informations : https://www.festivalfolkloreiac.com

festival-folklore-automne-quebec-le-mag

La bonne ambiance du festival © Festival Folklore

Basile Moratille

Peu importe la distance à parcourir, tant qu’à l’arrivée l’attend un bout de lac où rafraichir sa bière de micro, un fromage local et une bonne jaserie. Québécois d’adoption depuis plusieurs années, Basile s’emploie à éviter les petites cases. Ce qu’il affectionne, c’est le terrain. Une photo acquise de haute lutte et les rencontres impromptues, humaines ou animales ; une viande jetée sur le feu qui crépite et une nuit à deviner quel peut bien être l’animal qui grogne devant la tente. Le rêve d’une vie simple qu’il aime transmettre aux touristes autant qu’aux immigrants et aux nouveaux arrivants au Québec !

Voir tous les articles de Basile Moratille


Adresses liées

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment :(

Laisser un commentaire