Jouer dehors comme nulle part ailleurs

Activité

Aucun commentaire


Des espaces sauvages illimités et préservés, un vrai sens de l’accueil et de l’hospitalité : tout est réuni au Québec pour vivre la grande nature en majesté. Loin de constituer un obstacle, les tonnes de neige que reçoit le territoire québécois donnent un nouveau souffle aux joies du plein air et à l’art du réconfort.

Hors norme, le Québec l’est par l’immensité et la diversité de son territoire, mais aussi par l’abondance de l’or blanc que reçoivent ses régions chaque hiver : environ 400 cm en moyenne !

Contemplatifs ou aventuriers, les fanatiques de l’hiver sont tout simplement au paradis tant le menu est généreux aussi bien en sensations qu’en panoramas à conquérir. Quiconque a déjà traversé en raquette la vallée des Fantômes (appelée ainsi en raison des arbres momifiés par la neige) au parc national des Monts-Valins dans Saguenay–Lac-Saint-Jean, testé la piste de luge du Massif de Charlevoix, les yeux dans les glaces du Saint-Laurent, ou encore pratiqué le hors-piste sur les montagnes gaspésiennes peut en témoigner. Motoneige, traîneau à chiens, raquette, randonnée nordique, ski de montagne ou ski de fond, pêche blanche, patin à glace et glissades…

Aux grands classiques du plein air hivernal s’ajoutent de nombreuses nouvelles manières d’utiliser la neige et la glace à des fins récréatives, notamment dans les écrins XXL que sont les parcs nationaux.

raquette-hiver-quebec-jouer-dehors-quebec-le-mag

Une balade en raquette sous le soleil de l’hiver © D-Tour Tremblant

L’hiver dans les parcs nationaux

Avec leurs paysages savamment conservés, leurs guides naturalistes et leurs infrastructures, les parcs nationaux du Québec sont d’incontournables pourvoyeurs d’émotions au grand air.

Le réseau de la Sépaq (Société des établissements de plein air du Québec) et celui de Parcs Canada totalisent vingt sept de ces écrins verts, soit 42 000 km2 de nature sauvage et 6 000 km de sentiers pédestres. L’hiver venu, nombre d’entre eux proposent de nouvelles façons de vivre le froid : fatbike, Ski-Vel, Ski Hok (entre raquette et ski de fond), trottinette des neiges, géocache, glissades, escalade sur la glace, observation de la faune, des aurores boréales ou des étoiles… Un menu hivernal copieux à vivre dans pas moins de seize parcs nationaux au Québec dont, depuis peu, l’impressionnant parc national de la Jacques-Cartier dans la région de Québec.

C’est aussi l’occasion de séjourner en prise directe avec les éléments grâce à une offre variée d’hébergements en nature : tentes de prêt-à-camper, chalets EXP entièrement équipés, refuges, yourtes et même sites de camping hivernal, comme dans le parc national d’Oka dans les Laurentides. Et ce n’est qu’une partie des options inusitées pour habiter littéralement l’hiver québécois.

La magie des séjours multiactifs

Phénomène en voie de diversification, le plein air hivernal au Québec part à la conquête d’un public ne se limitant plus aux aventuriers émérites. Tous les âges et tous les profils sont appelés à attacher leur tuque pour aller jouer dehors.

Dans cet esprit, beaucoup de lieux de villégiature ont étoffé leur carte d’activités et proposent des forfaits combinant aventures de toutes sortes, cocooning, saveurs et bien-être, à l’image de l’Auberge du Lac-Taureau, dans Lanaudière, ou du Baluchon Éco-villégiature en Mauricie où vivre, entre autres, de superbes randonnées équestres sur la neige. Même tendance chez les aubergistes de la forêt que sont les pourvoiries, dont les propositions ne se limitent plus à la chasse et à la pêche, mais vous invitent à vivre l’hiver à la carte, en famille et en mode tout-inclus.

Des lieux où la chaleur du bois rond et les retrouvailles devant le foyer répondent à l’avalanche de sensations collectionnées à l’extérieur durant la journée. Les motoneigistes en savent quelque chose !

Au pays des grandes expéditions

Au Québec, ces derniers sont non seulement accueillis dans le berceau de la motoneige, mais ils disposent d’un des plus vastes réseaux au monde : 33 000 km de sentiers balisés, entretenus et interconnectés pour conquérir les plus beaux paysages de la province (plaines, montagnes, fleuve Saint-Laurent, forêt boréale, innombrables lacs et rivières).

De la sortie d’initiation au raid de plusieurs jours, tout est possible pour les aventuriers motorisés, sans compter l’ambiance unique des relais de motoneige. De grandes expéditions sont également à vivre en traîneau à chiens, à la manière des habitants du Grand Nord. Une expérience mémorable qui va bien au-delà des sensations de la glisse, forte de la rencontre avec le musher et la découverte du fascinant fonctionnement d’une meute.

Pour un rythme encore plus doux, mais une immersion hivernale tout aussi intense, la longue randonnée à pied, en raquette ou ski de fond offre elle aussi tout un univers de possibilités. Du trek à saveur inuite dans les parcs nationaux du Nunavik  à des événements comme la Traversée de la Gaspésie (TDGL) d’hiver, en raquette et ski de fond, la dimension humaine et la découverte culturelle figurent toujours au coeur de ces aventures au long cours.

traineau-a-chien-quebec-jouer-dehors-quebec-le-mag

Session traîneau à chiens © Kinadapt

Une règle d’or : s’amuser dehors

L’hiver québécois est un pays où s’amuser est érigé en art. Pour preuve, la glissade en « traîne sauvage » (luge) était pratiquée dès le milieu du XIXe siècle sur les collines des plaines d’Abraham, à Québec.

Le plaisir de dévaler fut d’ailleurs au menu des réjouissances du tout premier grand Carnaval de Québec organisé durant l’hiver 1894. Dix années plus tôt, une glissoire mythique avait pris place sur la Terrasse Dufferin, avant même que le Château Frontenac ne lui fasse de l’ombre. Avec ses trois corridors de glace, ses traînes pouvant accueillir jusqu’à quatre passagers et ses 70 km/h de vitesse de pointe, on considère la glissade « Au 1884 » comme étant la plus ancienne attraction touristique de la région de la Vieille Capitale, qui abrite par ailleurs le plus grand centre de jeux d’hiver en Amérique. Connu pour accueillir l’Hôtel de Glace et le complexe couvert Bora Parc, le Village Vacances Valcartier a véritablement construit ses lettres de noblesse hivernale autour de la glissade et compte à présent 35 pistes sur chambres à air pour défier les pentes au grand jour comme en soirée.

Citons aussi les Super Glissades St-Jean-de-Matha (Lanaudière), les Glissades des Pays d’En Haut (Laurentides) ou encore les Glissades de Tewkesbury (région de Québec) qui proposent la piste la plus haute du monde – 105 mètres de dénivelé pour 600 m de descente. Du fun et encore du fun !

terrasse-dufferin-quebec-jouer-dehors-quebec-le-mag

Glissade sur la Terrasse Dufferin à Québec © Luc-Antoine Couturier

L’hiver québécois en mode dedans-dehors

À l’image des spas nordiques qui alternent le chaud et le froid pour mieux vous dorloter, l’hiver québécois ne se vit jamais mieux qu’en cultivant l’art du dedans-dehors.

Les centres de vacances, pourvoiries, auberges et grands lieux de villégiature en nature sont des voies royales pour devenir un expert du genre. Un séjour entre aventure et ressourcement ? L’Auberge de montagne des Chic-Chocs en Gaspésie est l’un des très beaux exemples du genre. Entre sports d’hiver et divertissements ? Les stations de ski de la province rivalisent d’attraits entre détente, nightlife, saveurs locales ou internationales, shopping et activités pour tous dans une ambiance familiale. Tous les goûts sont dans la nature de l’hiver québécois !

Québec Le Mag

Partenaire de vos vacances au Québec ! Leader incontesté des magazines touristiques sur le Québec en Europe Francophone.

Voir tous les articles de Québec Le Mag


Adresses liées

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment :(

Laisser un commentaire