Les Laurentides, belles à croquer

Produits régionaux

Aucun commentaire


Si les Laurentides se distinguent par la richesse de son offre de villégiature et d’activités de plein air, il existe une façon à la fois originale et très tendance de (re)découvrir la région : le Chemin du Terroir des Laurentides, 226 km d’un circuit agrotouristique balisé, à deux pas de Montréal.

C’est l’un des fleurons de l’agrotourisme québécois. Le circuit regroupe une trentaine d’artisans-producteurs, boutiques et autres lieux de rencontres dans un cadre naturel qui nous révèlent toutes les subtilités des Basses-Laurentides et d’Argenteuil, nimbé d’un doux parfum de ruralité ; une invitation quatre saisons à mêler l’utile au très agréable au cœur de l’une des régions touristiques les plus populaires du Québec.

Mise en bouche par les chemins de traverse

Le terroir laurentien se dévoile parfois là où on ne l’attend pas. Au détour d’un parc national, de leur faune et de leur flore qui nous enseigne tant sur les particularités des sols et de la vie à qu’ils permettent de se développer. Les jardins en sont un autre bon exemple, à l’image de ceux de Michel Corbeil, tout à l’honneur des plantes vivaces, ou encore les 14 jardins thématiques de la route des Gerbes d’Angelica. En chemin, vous tomberez peut-être sur le Moulin Légaré, le plus vieux moulin à farine de blé et de sarrasin encore en activité en Amérique du Nord (depuis 1762).

Et pour ceux qui souhaiteraient prendre un peu de hauteur pour embrasser l’ensemble des reliefs et éléments, et ainsi cartographier au mieux le reste de votre visite, il est même possible de s’offrir une survol du territoire en hélicoptère avec Hélibellule. Mais sachez que, dès l’atterrissage, les choses sérieuses vont commencer.

laurentides-belles-a-croquer-region-quebec-le-mag

Route des gerbes d’Angelica © Tourisme Laurentides

Boire, manger, fraterniser

Les Laurentides ont le goût de nous proposer une offre insoupçonnée de produits fins de la terre, cultivés, transformés et qui nous sont transmis comme le serait un éclat de patrimoine ou une histoire de pays. Les marchés sont souvent un bon moyen de prendre le pouls d’un terroir et entamer les conversations avec les artisans locaux. Cela tombe bien, la petite ville de Lachute vous ouvre les portes de son marché fermier, de son épicerie biologique et de sa vingtaine d’exposants qui vous feront goûter à quelques-unes des spécialités locales. Les spécialités, justement, sont présentes et en nombre pour qui s’aventure sur les routes du Chemin du Terroir. Des Fromagiers de la Table Ronde à la Boucannerie Belle-Rivière, son fumoir de brique glacée et sa centaine de références charcutières, il y a… la place pour beaucoup de producteurs et une variété considérable de délices et douceurs.

Côté manger, on retient notamment les miels de Labonté et d’Intermiel, la Tarterie du Verger des Musiques ou encore les porcelets de lait de GasporFermes St-Canut. Les produits de l’érable sont eux aussi à l’honneur, avec deux cabanes à sucre et les petites merveilles du bien nommé Aux Saveurs du Printemps.

Côté boire, on n’est pas en reste, avec, en marge de l’immanquable bière de Dieu du Ciel!, un net intérêt pour les produits du verger, particulièrement des cidres. Des adresses que l’on retient aussi pour des sorties d’autocueillette, une activité fort prisée des familles québécoises. Mais quand on parle de terroir des Basses-Laurentides, la surprise vient d’ailleurs. Et pour une surprise, c’est une surprise…

laurentides-belles-a-croquer-chemin-du-terroir-quebec-le-mag

Virée sur le Chemin du terroir © Tourisme Laurentides

Le vin dans tous ses états

Le secret du Chemin du Terroir des Laurentides réside dans le vignoble. Nous commençons notre voyage de manière assez classique, dirons-nous, au Vignoble Rivière-du-Chêne, qui propose notamment des visites dégustation de 5 des vins produits sur la propriété et la découverte des méthodes d’élaboration des vins rouges, blancs et rosés, de même que les procédés de transformation, de la vigne à la bouteille. Nous poursuivons avec les vignobles biologiques Négondos et leur ambiance champêtre.
Au programme, dégustations, bien sûr ! et pas des moindres, puisque vous aurez notamment l’occasion de goûter aux vins mousseux blanc et rouge de la maison. En parlant de vins mousseux, connaissez-vous La Bullerie, à Saint-Joseph-du-Lac ? C’est sous ce nouveau nom qu’est désormais connu l’ancien domaine de La Roche des Brises, dans un clin d’œil pétillant à la spécialité du cru : les vins mousseux, sous toutes leurs formes et selon toutes les méthodes de production, traditionnelles et modernes, dans un hommage aux sols de la région.

Et puis, on vous l’avait gardé pour la fin, une petite curiosité d’un terroir déjà gâté : Aux Cassis d’Argenteuil, qui produit d’incroyables vins de cassis et autres boissons artisanales à partir des petits fruits cultivés sur le domaine. Une expérience que l’on ne manquera pas d’accompagner d’une restauration bien sentie et qui, à elle seule, vaut le détour !

laurentides-belles-a-croquer-chemin-du-terroir-quebec-le-mag

Chemin du terroir © Tourisme Laurentides

Basile Moratille

Resto préféré : Un bon pub parmi 1000 bons pubs… Honneur au premier, un des meilleurs, La Souche à Limoilou (basse-ville de Québec). Endroit préféré : Ici, maintenant (particulièrement devant la rampe de lancement de deltaplane, au sommet du Mont-Saint-Pierre).

Voir tous les articles de Basile Moratille


Commentaires

Aucun commentaire pour le moment :(

Laisser un commentaire