Adresses gourmandes

Le terroir boréal, de la forêt à la fourchette

Alors que la consommation locale et de saison est une tendance mondiale croissante, la gastronomie forestière reprend ses droits au Québec. Cette dernière met en valeur les produits de la zone bioclimatique boréale, tout en s’inspirant de la culture et du territoire.

Un garde-manger à ciel ouvert

Tout d’abord mise à profit par les Autochtones et nos aïeux, la biodiversité des pays nordiques a de quoi séduire les gourmands. Des petits fruits sauvages comme le bleuet, la camerise, la chicoutai ou le sureau, des champignons forestiers de toutes sortes, des aromates et épices tels l’achillée millefeuille, les pousses de sapin baumier, le poivre des dunes, la tanaisie ou encore le thé du Labrador, des algues… Plusieurs entreprises se spécialisent dans les produits forestiers comestibles québécois (Gaspésie Sauvage, Jardins Sauvages, Maison Orphée, Morille Québec, etc.), permettant ainsi de retrouver les grands espaces dans son assiette au quotidien.

Une philosophie culinaire

Si on peut considérer le chef québécois Renaud Cyr comme l’instigateur de la cuisine boréale dans la province, il y a cela plus de 40 ans, nombreux sont ceux qui suivent ses traces de nos jours. Avec des chefs comme Normand Laprise, Daniel Vézina, Jean-Claude Boulay, Arnaud Marchand, Charles-Antoine Crête et Antonin Mousseau-Rivard, les produits boréaux se taillent une place de choix en cuisine, aux côtés de gibiers et espèces marines propres au terroir du Québec.

Pour en savoir plus sur le sujet et concocter vos petites merveilles, « Le garde-manger boréal » est une lecture indispensable.


magazine-automne-2018-quebec-le-mag

Le magazine

Le seul magazine 100% Québec vous dévoile le meilleur du QUÉBEC ! 


Copyrights 2018 Québec le Mag – Mentions légalesCGUCrédits