Du bois, de l’eau, du papier et des hommes

Activité

Aucun commentaire


À Trois-Rivières, Boréalis est le lieu où revit la glorieuse épopée papetière de la Mauricie. Vivant, novateur et interactif, ce musée pas comme les autres perpétue la mémoire industrielle locale sous un angle profondément humain.

Vous connaissez les forêts sauvages de la Haute-Mauricie ? Vous connaissez la rivière Saint-Maurice qui vient de la vaste forêt boréale pour se jeter dans le Saint-Laurent ? Alors vous vous doutez peut-être de l’importante industrie qui s’est développée ici…

Les billes de bois étaient acheminées de là-haut via le cours tortueux du Saint-Maurice grâce au savoir-faire des bûcherons et des draveurs, et le papier journal produit à Trois-Rivières partait à fleur de Saint-Laurent conquérir le monde. La Canadian International Paper (CIP) était en effet considérée, au milieu du XXe siècle, comme le plus grand moulin à papier de la planète, produisant près de 1 000 tonnes de papier journal quotidiennement.

Dans la pulpe de l’histoire

Avec sa prise d’eau et son impressionnant réservoir, l’ancienne usine de filtration d’eau de la CIP est un des seuls témoins encore debout de cet important complexe érigé au confluent du Saint-Laurent et de la rivière Saint-Maurice.

Ecoutez notre épisode de podcast essentiel sur Boréalis

C’est dans ce bâtiment que Boréalis a pris corps il y a une dizaine d’année, à la fois pour témoigner d’une histoire industrielle singulière, mais aussi en tant qu’hommage aux femmes et aux hommes qui travaillèrent au développement des pâtes et papiers à Trois-Rivières. Librement accessible à l’extérieur du musée, le parcours urbain intitulé Premier « Shift » est une excellente introduction à cette grande saga. À l’aide de son smartphone, on suit les pas d’un employé de la CIP à la découverte du site de l’usine et du quartier ouvrier. Fourmillant d’anecdotes d’anciens travailleurs, cette balade audioguidée d’environ 50 minutes vous donnera envie d’en savoir plus et de découvrir de l’intérieur les expositions et les autres activités imaginées par Boréalis.

exposition-borealis-musee-mauricie-quebec-le-mag

Le parcours urbain Le Premier « Shift » © Le Nouvelliste

Une immersion captivante

Passionner les foules avec du patrimoine industriel n’allait pas de soi. L’exposition permanente « Racines et identité » y parvient avec brio. Elle dévoile les multiples facettes de l’activité papetière, de l’exploitation forestière jusqu’à la fabrication du papier, et elle invite les visiteurs à mettre littéralement la main à la pâte à l’occasion d’un atelier de fabrication de papier, activité que petits et grands adorent. Le site en lui-même impressionne à mesure qu’on en comprend le fonctionnement, ici autour d’une machine à papier, là en découvrant la tour d’eau plantée au milieu du Saint-Maurice, ou encore en s’aventurant sous les mystérieuses voûtes souterraines, soit l’ancien réservoir d’eau de l’usine, où un rallye original – le Parcours des oubliés – est à accomplir à l’aide de lampes ultraviolettes. Ces activités et stations immersives sont comprises dans la visite expérience conçue par Boréalis, la formule parfaite pour découvrir le site en famille avec l’éclairage des guides (environ 1 h 30).

D’autres aventures sont disponibles à la carte, comme « Disparu : enquête à travers le temps », une investigation numérique pour retrouver le concierge de nuit du musée, ou encore « Alerte à l’usine : une expérience d’évasion », un « escape game » au cœur des voûtes à accomplir entre amis ou en famille.

exposition-racine-identite-borealis-mauricie-quebec-le-mag

Exposition « Racine et identité »

Une saga humaine avant tout

Outre les procédés techniques mis en lumière de manière inédite par Boréalis, la dimension humaine est omniprésente et constitue un fil conducteur auquel chacun peut se raccrocher. Le quotidien des bûcherons durant l’âge d’or de cette industrie, celui ô combien périlleux des draveurs, métier aujourd’hui disparu, ou encore la vie des ouvriers à l’usine comme en ville : autant de thèmes qui prennent vie au gré des témoignages authentiques recueillis par le musée.

Au sein de l’exposition permanente, l’Espace mémoire réunit ainsi de nombreux courts et moyens métrages qui documentent de manière très vivante le visage humain de la saga industrielle trifluvienne en proposant chaque année un nouvel angle thématique. C’est finalement toute une part de l’identité québécoise qui se transmet ici. Une tranche d’histoire à méditer, idéalement après la visite, depuis la Terrasse aux Confluents, où déguster quelques douceurs locales avec vue imprenable sur le fleuve et la rivière.

BORÉALIS
200, avenue des Draveurs, Trois-Rivières
Tél. : (819) 372-4633
www.borealis3r.ca
Ouvert tous les jours d’été (23 mai au 4 septembre) de 10 h à 17 h.

David Lang

Journaliste spécialisé voyage et art de vivre, David se régale avec le Québec depuis près de 15 ans. Après plus de 40 voyages à travers les régions et les saisons de la Belle Province, il devance largement Jacques Cartier et s’avoue toujours aussi bluffé par les expérience et les rencontres à vivre sur ce territoire hors nome. David le rédac’ chef anime une équipe de rédacteurs et de photographes avec qui il partage sa soif de découvertes chez les cousins.

Voir aussi les articles de David Lang


Adresses liées

Articles liés

Comments

Les commentaires sont fermés.